United NationsDépartement des Affaires Économiques et Sociales Développement Durable
Thèmes

Mers et océans

Description

Description

Les océans, les mers et les zones côtières sont une composante intégrale et essentielle de l’écosystème terrestre et sont indispensables au développement durable. Ils couvrent plus des deux tiers de la surface de la terre et contiennent 97 % de l’eau de la planète. Les océans contribuent à l’élimination de la pauvreté en créant des moyens de subsistance durables et des possibilités de travail décent. Plus de trois milliards de personnes dépendent des ressources marines et côtières pour leur subsistance. En outre, les océans sont essentiels à la sécurité alimentaire mondiale et à la santé humaine. Ils constituent aussi le premier facteur régulateur de la température de la surface de la planète et un important puits absorbant les gaz à effet de serre. Ils nous procurent de l’eau, ainsi que l’oxygène que nous respirons. Enfin, les océans abritent d’immenses réservoirs de biodiversité.

L’importance des océans pour le développement durable est largement reconnue par la communauté internationale, comme en attestent le chapitre 17 d’Action 21, le Plan de mise en œuvre de Johannesburg et diverses décisions prises par la Commission du développement durable. L’Évaluation des écosystèmes à l’aube du troisième Millénaire souligne que tous les êtres humains dépendent des écosystèmes de la Terre et des services qu’ils fournissent. Dans le document final de Rio+20, « L’avenir que nous voulons », les États Membres ont lancé un appel en faveur de « l’adoption d’approches globales et intégrées du développement durable, qui conduiront l’humanité à vivre en harmonie avec la nature et nous inciteront à agir pour rétablir la santé et l’intégrité de l’écosystème terrestre ». Dans ce contexte, ils ont souligné, entre autres, l’importance que revêtent « la conservation et l’exploitation durable des océans, des mers et de leurs ressources pour assurer un développement durable, notamment grâce au rôle qu’elles jouent en contribuant à éradiquer la pauvreté, à assurer une croissance économique soutenue et la sécurité alimentaire et à créer des moyens de subsistance durables et des emplois décents... ». En conséquence, la proposition du Groupe de travail ouvert sur les objectifs de développement durable soumise à l’Assemblée générale des Nations Unies en août 2014 contenait l’objectif de développement durable no 14 qui consiste à « conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable ». Les 10 cibles de l’objectif 14, ainsi que de nombreux autres objectifs connexes, dans le cadre du Programme de développement durable à l’horizon 2030, le document final du sommet des Nations Unies de 2015 consacré à l’adoption du programme de développement pour l’après 2015, traitent des questions relatives aux océans et aux mers.

Pour que les océans, les mers et les ressources marines puissent contribuer au bien-être des populations, il est impératif de préserver l’intégrité des écosystèmes et le bon fonctionnement des processus biogéochimiques et physiques. Il n’est pas nécessaire pour autant que les systèmes soient intacts, mais il faut qu’ils n’aient pas subi de dommages graves ou irréversibles. L’intégrité des écosystèmes permet la fourniture de services écosystémiques dits de soutien qui, à leur tour, sont à la base de services écosystémiques de régulation, d’approvisionnement et culturels d’une importance cruciale pour les êtres humains. Si les avantages procurés par les océans, les mers et les ressources marines sont importants pour tous, ils le sont peut-être encore plus pour les pauvres, les populations autochtones et les groupes vulnérables dont le bien-être dépend fortement des ressources naturelles et des services écosystémiques. Le lien entre les océans, les mers et les ressources marines et le bien-être humain n’est pas unilatéral. Si l’augmentation du bien-être humain se fait souvent au détriment de l’intégrité des écosystèmes, elle peut aussi potentiellement réduire les effets anthropiques négatifs sur le milieu marin, par exemple grâce à une exploitation plus durable des ressources, à des changements dans les modes de production et de consommation et à une meilleure gestion et un meilleur contrôle des activités humaines. Cela requiert cependant une bonne gouvernance et un environnement favorable.

Les océans, les mers et les ressources marines sont de plus en plus menacés, dégradés ou détruits par les activités humaines, ce qui réduit leur capacité à fournir des services écosystémiques essentiels. Les principales catégories de menaces sont, entre autres, les changements climatiques, la pollution marine, l’extraction non durable des ressources marines et les altérations physiques ou la destruction des habitats et paysages marins et côtiers. La détérioration des écosystèmes et des habitats côtiers et marins a des répercussions négatives sur le bien-être humain dans le monde entier.

Une bonne gouvernance, un environnement favorable, des activités humaines terrestres et maritimes durables et des mesures adéquates seront nécessaires pour réduire les effets anthropiques négatifs sur le milieu marin, par exemple grâce à une utilisation plus durable des ressources, à des changements dans les modes de production et de consommation et à une meilleure gestion et un meilleur contrôle des activités humaines. Les projets et les mesures devraient idéalement être conçus et mis en œuvre de manière intégrée, intersectorielle et à plusieurs échelles, conformément à l’approche écosystémique, avec la participation de toutes les parties prenantes.

Le bien-être humain ne peut être atteint sans protéger et préserver l’écosystème de la Terre. Pour maintenir la qualité de vie que les océans ont procurée à l’humanité, tout en préservant l’intégrité de leurs écosystèmes, la façon dont les humains envisagent, gèrent et utilisent les océans, les mers et les ressources marines va devoir changer.

Pour d’autres informations et documents sur ce sujet, voir ce lien

Lisbon UN Ocean Conference

The ocean covers 70 percent of the Earth’s surface, is the planet's largest biosphere, and home to up to 80 percent of all life in the world. It generates 50 percent of the oxygen we need, absorbs 25 percent of all carbon dioxide emissions and captures 90 percent of the additional heat generated from those emissions. It is not just ‘the lungs of the planet’ but also its largest carbon sink - a vital buffer against the impacts of climate change.

It nurtures unimaginable biodiversity and produces food, jobs, mineral and energy resources needed for life on the planet to survive and thrive. There is a great deal we still do not know about the ocean but there are many reasons why we need to manage it sustainability - as set out in the targets of Sustainable Development Goal 14: Life Below Water.

The science is clear – the ocean is facing unprecedent threats as a result of human activities. Its health and ability to sustain life will only get worse as the world population grows and human activities increase. If we want to address some of the most defining issues of our time such as climate change, food insecurity, diseases and pandemics, diminishing biodiversity, economic inequality and even conflicts and strife, we must act now to protect the state of our ocean.

Read more here.

First UN Ocean Conference (2017, New York)

Our oceans, our future: partnering for the implementation of Sustainable Development Goal 14

The high-level United Nations Conference to Support the Implementation of Sustainable Development Goal 14: Conserve and sustainably use the oceans, seas and marine resources for sustainable development (informally, The Ocean Conference) was convened at United Nations Headquarters in New York from 5 to 9 June 2017, coinciding with World Oceans Day, to support the implementation of Sustainable Development Goal 14. The Governments of Fiji and Sweden held the co-hosting responsibilities of the Conference.

Read more here.

Special Envoy for the Ocean

Peter Thomson

 

Learn about the latest activities of Peter Thomson, Special Envoy for the Ocean

Background

At the high-level United Nations Conference to Support the Implementation of Sustainable Development Goal 14 (SDG 14) - The Ocean Conference - held in June 2017 at UN headquarters in New York, close to 1,400 voluntary commitments for concrete action to advance implementation of SDG 14 were made by governments, the United Nations system, civil society organizations, academia, the scientific community, and the private sector. These commitments, together with the Conference outcome document Our Ocean, Our Future: Call for Action, mark a global breakthrough on the path to sustainable management and conservation of our oceans, seas and marine resources.

Each of the Ocean Conference voluntary commitments addresses one or several of the SDG 14 targets, often with associated positive impact on other SDGs, including for example SDG 3 on good health and well-being and SDG13 on climate action, among others.

To follow-up on the implementation of these voluntary commitments; to catalyze and generate new voluntary commitments; and to facilitate collaboration and networking amongst different actors in support of SDG 14, the United Nations have launched nine thematic multi-stakeholder Communities of Ocean Action.

Each community is coordinated by designated focal points who work together with United Nations Secretary-General's Special Envoy for the Ocean, Ambassador Peter Thomson, and the UN Department of Economic and Social Affairs in carrying out the activities.

For more information, visit: https://sdgs.un.org/topics/oceans-and-seas/coas