United NationsDepartment of Economic and Social Affairs Sustainable Development

Luxembourg

Elements de langage pour I/intervention de M. Xavier BETTEL,
Premier Ministre, Ministre d/Etat du Grand-Duche de luxembourg
Interactive Dialogue 4
« Protecting our Planet and Combatting Climate Change »
Nations Unies, New York,le 27 septembre 2015
[M./Mme leIla President(e)],
Excellences,
Chers collegues,
En cet instant meme, nous vivons tous une des crises les plus graves, chaque jour des milliers de personnes sont en train de quitter leur pays pour venir en Europe, des refugies qui ont besoin de notre solidarite. C'est un defi enorme.
Nous ne resoudrons pas la crise de la pauvrete et celie des migrations sans resoudre les crises dans Ie domaine climatique et environnemental. Nous n'allons pas surmonter les crises majeures -les migrations, les guerres et la faim -sans restituer la dignite des hommes et des femmes dans Ie respect de la terre qui nous nourrit.
II faut saisir les opportunites et accelt~rer la transition vers une economie durable, plus competitive, sobre en carbone et resiliente face au changement climatique. Cette transition de nos societes et de nos economies se fera egalement dans Ie contexte de I'integration des politiques notamment moyennant Ie noyau (nexus) eau-energie-securite alimentaire et de I'economie circulaire visant une utilisation rationnelle, efficace integree et durable des ressources naturelles et la transition energetique moyennant Ie recours aux energies renouvelables et I'augmentation considerable de I'efficacite energetique.
La semaine passee, l'Union europeenne a adopte son mandat de negociation lors du Conseil Environnement du 18 septembre sous Presidence luxembourgeoise en vue de la conference sur Ie climat aParis. L'Union europeenne s'engage pour un objectif it long terme qui vise que Ie pic global des emissions [de gaz aeffet de serre] soit atteint pour 2020 au plus tard, une reduction de 50% d'ici 2050 [par rapport a1990] et I'atteinte d'un niveau proche de zero ou inferieur en 2100 permettant de plafonner I'augmentation de la temperature atout au plus 2 degres. Ceci se realisera par la transition de nos societes et de nos economies vers une neutralite climat durable pour la deuxieme moitie du 2IE! siecle.
1
Dans ce contexte, je me permets de rappeler que l'Union europeenne a deja arrete son INDC, c'est-a-dire sa contribution, en octobre 2014 qui vise la reduction de nos emissions de gaz a effet de serre d'au moins 40% a I'horizon 2030 et j'encourage les Parties a soumettre leurs II\lDCs en amont de Paris.
Pour etre a la hauteur de ce deti, il faudra un accord juridiquement contraignant, ambitieux et durable, portant tant sur I'attenuation que sur I'adaptation, les pertes et dommages et les moyens de mise en c:euvre. L'accord devra etre assorti de regles claires en vue d'assurer la transparence du processus de mise en ceuvre moyennant un mecanisme d'ambition dynamique permettant Ie reexamen [tous les cinq ansL du niveau d'ambition dans Ie cadre duquel to utes les parties seront tenues de reexaminer et de presenter ou representer des engagements nouveaux, existants ou actualises tout en evitant Ie recul en arriere. Nous ne cesserons de critiquer Ie dumping social et Ie dumping fiscal mais iI existe aussi un dumping environnemental.
Le changement climatique affecte en premier lieu les pays les plus vulnerables et ne fait qu'augmenter les inegalites sociales dans Ie monde: Ie climat partage les richesses et les opportunites de fa~on inegale. Pour cette raison, la conference de Paris devra envoyer un signal fort concernant Ie financement climatique, dans I'objectif de soutenir les pays pauvres et vulnerables et de faciliter Ie passage a des economies resilientes et a faibles emissions de gaz a effet de serre. Dans ce contexte je salue tout particulierement que les pays donateurs ont recemment su se mettre d'accord sur une methodologie commune permettant d'augmenter la transparence qui sera reprise au rapport que I'OCDE publiera ensemble avec la Climate Policy Initiative en marge des reunions d'automne de la Banque Mondiale et du Fonds Monetaire International (FMI) debut octobre aLima.
Pour assumer nos responsabilites historiques, Ie Luxembourg s'est engage d'augmenter de fa~on significative Ie financement climatique international, notre contribution totale s'elevera a 120 millions d'euros pour les annees de 2014 a 2020 et, il m'importe de Ie confirmer une nouvelle fois, est additionnelle a notre aide publique au developpement (APD). Ces depenses publiques se feront dans Ie soud de generer un effet de levier maximal sur d'autres sources de financement publiques et privees.
Je vous remercie pour votre attention.
2
Stakeholders