United NationsDepartment of Economic and Social Affairs Sustainable Development

Haiti

ALLOCUTiON
de
Son Excellence Monsieur Denis REGIS
Ambassadeur
Reprÿsentant Permanent de la Rÿpublique d'Ha'iti
Dans le cadre du Dÿbat gÿnÿral de la Conference des Nations Unies visant
appuyer la rÿalisation de I'Objectif de Dÿveloppement durable No.+14 :
conserver et exploiter de maniÿre durable les oceans, les mers et les ressources
marines aux fins du dÿveloppement durable
New York, le 9 juin 3017
Vÿrifier au prononcÿ
Monsieur le President,
Excellences, Mesdames, Messieurs,
1- La dÿlÿgation de la Rÿpublique d'Hafti s'associe pleinement aux dÿclarations faites par
les distinguÿs reprÿsentants de I'lÿquateur au nom du Groupe des 77 et la Chine, des Maldives
au nom de I'Alliance des Petits 12tats Insulaires en D6veloppement (PIED) et du Bangladesh au
nom des Pays les Moins Avarices (PMA}. Elle voudrait adresser ses plus vives fÿlicitations aux
deux Co-facilitateurs de cette importante Conference mondiale sur les oceans : I'Ambassadeur
Alvaro MENDONCA e MOURA du Portugal et I'Ambassadeur Burhan GAFOOR de Singapour.
Gr&ce & leur effort inlassable et ÿ leur remarquable activitÿ de preparation, il est raisonnable
d'anticiper des ÿchanges trÿs constructifs et un r6sultat final fructueux de ces assises, appel6es
sans nul doute ÿ faire date dans les annales du dÿveloppement durable.
2- Au moment oQ de routes parts montent de nouvelles inquiÿtudes face ÿ I'aggravation
de la crise ÿco!ogique, au moment o0 certaines remises en question de J'Accord de Paris sur le
climat suscitent de tÿgitimes preoccupations, il y a lieu de se rÿjouir de la tenue de cette
Conf@rence mondiale sur les oceans. Son objectif, clairement affirmS, est de maintenir 1'61an
politique nÿcessaire & la rÿalisation de I'objectif 14 des Objectifs de dÿveloppement durable
(ODD), c'est-&-dire conserver et exploiter de maniÿre durable les oceans, les mers et les
ressources marines aux fins du d6veloppement durable.
3- Vingt-cinq ans aprÿs le Sommet de Rio, nul ne peut plus ignorer les consequences
nÿfastes de la dÿgradation accÿlÿrÿe de I'environnement, ni les nouvelles menaces qu'elle fait
nai'tre pour la gÿnÿration actuelle et, davantage encore, pour les gÿnÿrations futures. Elles sont
clairement raises en relief dans les documents de la Conf6rence.
4- Dÿjÿ, le rÿchauffement climatique touche des rÿgions entiÿres, avec son cortege de
maux, parmi lesquels les migrations massives et souvent forcÿes, et la menace de disparition
qu'il fait planer sur certains pays insulaires du Sud, en particulier. Voilÿ pourquoi I'enjeu de
cette conf6rence est crucial. II s'agit non seulement de sonner I'alarme sur les effets de
I'accentuation des pressions humaines, de la pollution, des changements climatiques, de
t'ÿpuisement des ressources, mais aussi et surtout d' <ÿ inverser le dÿclin prÿcipitÿ de la santÿ
des oceans et des mers >ÿ. En un mot, il s'agit de rattraper les retards et d'adopter les mesures
concretes qui s'imposent pour que les mers et les oceans puissent ÿtre ÿcologiquement
preserves.
5- Car, ce qui est en jeu, tout compte fair, c'est bien I'avenir de la ptanÿte, <{ notre avenir
tous >>, avec le risque que le XXle siÿcle ne devienne, pour les gÿnÿrations futures, {< celui d'un
crime de ['humanitÿ contre la vie >>, pour reprendre une expression chore ÿ un homme d'lÿtat.
Monsieur le Co-President,
6- Le dÿclin de la santÿ des oc6ans - toutes les donnÿes le prouvent - s'avÿre
particuliÿrement prÿjudiciable au dÿveloppement ÿconomique. 11 contribue, dans une large
mesure, ÿ saper les efforts dÿployÿs, & I'ÿchelle nationale et internationale, en vue d'ÿradiquer
la pauvretÿ ÿ I'horizon 2030, I'un des objectifs cl6s du Programme de dÿveloppement durable.
7- Petit Iÿtat insulaire, confront6 & des handicaps structurels qui limitent considÿrablement
sa marge de manoeuvre sur le plan ÿconomique, la R@ublique d'Ha'iti est dÿj5 aux prises avec
les r@ercussions sÿvÿres de la crise environnementale. La sÿrie d'ouragans de forte puissance
qui se sont abattus dans un court intervalle sur le pays - dont l'ouragan Matthew en 2016 -
iIlustre bien cette tendance ÿ I'amplification sensible des effets des catastrophes naturelles
enregistrÿes ces derniÿres armies.
8- A I'instar de bien despays des Cara'ibes et du Tiers-Monde, Ha'iti est donc Iÿgitimement
pr6occupÿe par les consequences de la pollution et de la surexploitation des oceans et des
mers, par la pression accrue, insoutenable, qui s'exerce sur ses habitats c6tiers, et par
I'ÿpuisement des ressources halieutiques, dont sa population tire une part substantielle de ses
moyens d'existence et de ses revenus.
9- La dÿgradation accÿlÿrÿe de la santÿ des oceans reprÿsente donc une Iourde menace
long terme pour la sÿcuritÿ alimentaire, pour la santÿ humaine, pour la croissance, en bref,
pour le d6veloppement global du pays, dont les efforts pour atteindre ses objectifs en matiÿre
de dÿveloppement durable risquent d'6tre rÿduits ÿ nÿant. Voilÿ pourquoi le Gouvernement
ha'itien tient pour nÿcessaire et indispensable la rÿaffirmation par la communaut6
internationale de la place et du r61e essentiel des mers et des oceans, lesquels sont le
fondement mÿme de la vie sur notre planÿte.
10- Nous n'avons d'autres choix - si nous voulons ÿviter I'irrÿversible - que d'adopter de
nouveaux modes de production, de consommation et de croissance, qui soient 6cologiquement
et ÿconomiquement viables, qui permettent d'inverser la courbe de la pollution, de la rÿduction
de la biodiversitÿ marine, du rÿchauffement climatique, bref, qui tiennent compte de I'absolue
nÿcessitÿ de g6rer ces biens publics mondiaux que sont les mers et oceans dans un esprit de
vÿritable partenariat et de solidaritÿ planÿtaire.
11- Ce choix engage la responsabilitÿ collective de tousles Iÿtats, celle des pays industrialists
comme celle des pays en dÿveloppement, qui sont appelÿs ÿ agir afin de gÿrer plus
efficacement I'environnement et de mieux <( conserver et exploiter les oceans, les mers et les
ressources marines ÿ, grace ÿ des systÿmes plus soutenables, plus 6conomes en ressources
naturelles, en d6chets, en pollutions.
12- Nous croyons, en outre, ÿ la n6cessit6 d'un nouvel ÿlan de solidaritÿ & 1'6gard des lÿtats
insulaires en dÿveloppement, moins nantis, plus vulnÿrables, plus menaces par le
rÿchauffement climatique et par la dÿgradation de la santÿ des mers et oceans.
13- A I'ÿchelle des Carafbes, en particulier, nous croyons opportun un renforcement
substantiel de la cooperation NordiSud, qui peut ÿtre d'un apport appreciable dans la gestion
durable des mers et des ressources marines et le d6veloppement global des Iÿtats insulaires de
la rÿgion, tout en permettant de lutter plus efficacement contre les menaces croissantes
I'environnement
Monsieur le Co-President,
14- tl est devenu ÿvident que le concept de paix et de sÿcurit6 internationales - I'un des
piliers sur lesquels reposent les Nations Unies - dolt s'ÿlargir pour englober toutes les sources
majeures de menaces & la stabilitÿ et au dÿve!oppement international. << 11 ne saurait y avoir de
s6curit6 sans dÿveloppement ou de d6veloppement sans s6curitÿ ÿ>, rappelait ÿ cet 6gard le
Secrÿtaire gÿnÿral de I'ONU.
15- L'61imination de la pauvretÿ, y compris l'extrÿme pauvret6, est <ÿ le plus grand dÿfi
auquel l'humanitÿ doive faire face % comme nous l'a rappelÿ si opportunÿment la Rÿsolution
70/226 de l'Assemblÿe g6nÿrale des Nations Unies.
16- Nous souhaitons ardemment que cette Conference donne la nouvelle impulsion
politique rant attendue ÿ la lutte pour inverser la dÿgradation de 1'6tat de santÿ des oceans, qui
dolt donc ÿtre au coeur des efforts tendant ÿ la rÿalisation du dÿveloppement durable, dans sa
triple dimension ÿconomique, sociale et environnementale,
]e vous remercie.
Stakeholders