United NationsDepartment of Economic and Social Affairs Sustainable Development

France

Madame la Présidente
Nous sommes en accord avec ce qui a été dit et notamment la position de l?UE sur la
priorité qui doit être accordée à l?assainissement.
Nous souhaitons rappeler ou préciser certains points sur lesquels nous nous engageons
. Aider les PED à mettre l?assainissement en priorité dans les plans nationaux de lutte
contre la pauvreté. Confirmer que ce service nécessite un investissement publique très
important que le secteur privé n?assumera pas.
. Appuyer la mise en place de structure nationale unique chargée de l?assainissement
liquide comme solide
. Financer et appuyer des actions de soutien des capacités de gestion locale des services
d?assainissement surtout mais pas seulement celles des collectivités locales ; Appuyer les
réformes fiscales nécessaires à la décentralisation de la gestion des services
. Consacrer une plus grande part de l?Aide Publique au développement à
l?assainissement. La France s?est engagée à doubler d?ici 2006 son aide dans ce domaine.
Apppuyer la mise en oeuvre de fonds non souverains et développer les possibilités de
travail des acteurs du microcrédits en cette année 2005 qui y est norma lement consacrée.
. Appuyer les choix des PED en matière de technique durables et à faibles coûts en
s?appuyant sur les connaissances acquises et les modèles testés dans différents PED
. Veiller à ce que les choix technologiques prennent bien en compte l?opération, la
gestion et la maintenance des ouvrages qui seront à la charge des Etats et des collectivités
locales. Adosser cette maintenance à la facture d?eau
. Prendre en compte le fait que toute technologie importée entraîne le paradoxe d?un coût
moyen de desserte par habitant des PED supérieur à celui d?un habitant des Pays
développés
. Changer de perspective en n?opposant pas les solutions collectives aux solutions dites
alternatives ; mais plutôt en raisonnant par maillons, dépendant s, mais ayant chacun leur
propre mécanisme économique.
Le maillon amont , celui de la mise à disposition d?un système collectif, semi collectif ou
individuel au ménage. C?est celui qui est le plus documenté. A ce sujet il faut souligner
que l?approche de la dignité, de la relation de voisinage, est un moteur plus important que
la diffusion des pratiques d?hygiènes. Une grande partie d?autofinacement est constatée à
ce niveau.
Le maillon intermédiaire qui consiste à collecter au niveau du quartier les déchets
liquides comme solide et à les éloigner . Ce sera soit du réseau tertiaire soit de la vidange
ou de la collecte.
Le recours aux petits opérateurs privés est là particulièrement présent. Il s?agira dans de
nombreux cas plus de soutenir et professionaliser ces opérateurs que d?étendre
immédiatement un réseau. L?appui des ong et des collectivités est particulièrement
important à ce niveau
Le maillon aval qui donne une issue à ces déchets avant de les restituer à
l?environnement.
Il s?agit la des stations de traitement ou de dépotage où l?aide pubique au développement
est la plus attendue.
Nous voyons bien que sans les deux premiers maillons l?investissement dans le dernier ne
servira à rien. Il faut donc appuyer des stratégies globale municipale intégrant l?ensemble
des acteurs et surtout les usagers pour que la réussite soit au bout de de la volonté
d?atteinte des ODM.
Stakeholders