United NationsDepartamento de Asuntos Económicos y Sociales Desarrollo Sostenible

CHAMPS-ÉCOLES DE PRODUCTRICES – GENRE pour renforcer la résilience des productrices de la commune de Keur Socé dans la région de Kaolack au Sénégal

    Description
    Intro

    Dans la région de Kaolack, au Sénégal, s’étend un réseau de 40 périmètres maraîchers gérés exclusivement par des femmes. Ils sont extrêmement valorisés par les 1 812 productrices membres, leur permettant d’accéder à des ressources supplémentaires et des produits alimentaires de qualité. Cependant, les productrices sont confrontées à plusieurs défis dont les effets des changements climatiques qui sapent graduellement leurs efforts. C’est dans ce contexte qu’est née le Champs-école productrices - genre (GEP-G). Menée dans le cadre du projet Sécurité alimentaire: une agriculture adaptée (SAGA) coordonné par la FAO, l’initiative vise à renforcer la résilience des productrices de Kaolack.

    Description

    L’initiative a pour objectif de renforcer les capacités d’adaptation de 25 productrices provenant de réseau de périmètres maraîchers à travers l’approche CEP-G. Le CEP-G est particulièrement sensible au genre avec un module dédié développé à partir des réalités socio-culturelles locales. Elle cherche également à stimuler les échanges quant aux pistes de solutions face aux défis que posent l’adaptation aux changements climatiques et les inégalités de genre. Cette initiative répond à l’appel de l’Agenda 2030. Elle promeut des pratiques qui protègent la biodiversité et valorisent les services écosystémiques, et reconnaît l'importance de s'appuyer sur les connaissances traditionnelles et le rôle clé des femmes dans la planification de l'adaptation aux changements climatiques.

    Contribution to SDG Implementation

    Les facilitatrices se sont concentrées sur la mise en pratique de techniques durables et adaptées aux changements climatiques, en particulier sur des pratiques agroécologiques de gestion de l’eau et de conservation des sols, le contrôle non toxique des ravageurs et la production de plants et le reboisement. À travers des causeries et de supports dynamiques, des questions transversales ont été abordées afin d’initier une posture réflexive sur les rapports de genre : égalité des sexes, leadership, violences basées sur le genre et accès aux ressources de production.

    Implementation methodologies

    1- Engagement des parties prenantes Des rencontres préparatoires ont permis de mobiliser les bénéficiaires, les communautés et les autorités locales des villages accueillant les CEP et les partenaires d’implantation. Elles ont permis aux parties prenantes d’échanger et de préparer les modalités et conditions de mise en œuvre de l’initiative. 2- Renforcement et aménagement des périmètres maraîchers sélectionnés Trois périmètres maraîchers ont été renforcés et aménagés en parcelles allouées à des pratiques agricoles traditionnelles et de nouvelles techniques. Ces périmètres serviront de champs tests pour les études spéciales destinées à encourager l’innovation paysanne à travers la recherche-action participative des femmes. 2- Situation de référence Une enquête de base a été menée avec l’aide les productrices participantes auprès de la communauté. Elle a permis d’établir la situation de référence pour identifier les moyens d’existence, les pratiques de production et les contraintes liées, les perceptions des changements climatiques, les enjeux liés à l’égalité des genres. 3- Formation des facilitatrices En fonction des préoccupations exprimées et des problématiques soulevées lors de l’enquête de base, 10 modules de formations ont été dispensés en six sessions de sept jours, sur une période de cinq mois. Le CEP-G propose de maintenir un équilibre dynamique entre les discussions de groupe et les contributions de personnes ressources, les savoirs locaux et d’ailleurs, la théorie et la pratique. Il encourage les communautés à valider et adapter certaines pratiques à leur contexte. Au début de la formation, un sondage a été administré aux facilitatrices pour évaluer leurs connaissances. Les compétences et la satisfaction des participantes ont été suivis tout au long de la formation.

    Results

    La stratégie originale du CEP-G a permis de former un réseau de femmes ressources, intégrées et légitimes au sein de leurs communautés. Elles sont bien informées sur l’égalité des genres et sont spécialisées dans la diffusion de pratiques de production adaptées aux changements climatiques. Elles sont fortes de compétences pédagogiques et d’animation adaptées aux réalités locales. 25 facilitatrices provenant de 12 périmètres maraîchers, sont en train de partager les formations qu’elles ont reçues avec les membres de leurs groupements respectifs. 511 productrices sont indirectement bénéficiaires de l’initiative. Alimatou, facilitatrice nouvellement formée, estime à 95 pour cent réglés les problèmes que ses consœurs et elle rencontraient dans la production de tomates, d’aubergine et de gombo grâce aux études spéciales et aux études de gestion: «Nous produisons ces trois spéculations depuis 2005, mais cette année, avec le CEP-G, nous avons obtenu des rendements jamais atteints auparavant».

    Factors and Constraints

    Une forte organisation des femmes de l’APROFES a largement contribué à l’ancrage local et au succès des activités. Le diagnostic participatif effectué en début de projet a également permis de mobiliser les communautés locales et de développer des modules de formations à partir des réalités socio-culturelles locales pour l'appropriation des interventions et des bonnes pratiques par les productrices.

    Sustainability and replicability

    La restitution systématique des connaissances à l’ensemble des membres du réseau de 40 périmètres maraîchers est prévue pour la prochaine campagne de production 2021. De plus chaque année, au moins deux nouveaux périmètres maraîchers s’ajoutent au réseau. Les connaissances acquises lors du CEP–G seront démultipliées auprès des nouveaux membres. Les résultats et leçons apprises de cette initiative seront documentés et partagés dans le cadre du processus de planification de l’adaptation au niveau national au Sénégal. Cette activité, combinée aux autres initiatives pilotes de renforcement des capacités de la société civile coordonnées par le projet SAGA, représente une opportunité d’informer le processus de plan national d’adaptation pour le secteur de l’agriculture (PNA Agriculture) à partir d’évidences non seulement scientifiques, mais aussi pratiques, et ainsi assurer son alignement aux besoins et intérêts des communautés rurales.

    COVID-19 Impact

    Les activités terrain se sont terminées avant l'établissement des mesures sanitaires relatives au COVID-19 au Sénégal. Le CEP-G agit en tant que levier pour renforcer les capacités des femmes et de leur communauté pour augmenter leur sécurité alimentaire et leurs moyens d’existence non seulement face aux changements climatiques mais aussi dans contexte difficile de la pandémie.

    Contact Name
    Martial
    False
    Share
    Organization/entity
    Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO)
    SDGs
    N/A
    Geographical coverage
    N/A
    Timeline
    06 June 2019 (start date)
    30 March 2020 (date of completion)
    More information
    N/A
    Partnership
    N/A
    Contact Information